Accueil

Contact : URIOPSS Bourgogne
4, rue Chancelier de l'Hospital - 21000 DIJON
Tel 03 80 68 47 20 - Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

COLLECTIF ALERTE Bourgogne

Collectif d’associations et de fédérations nationales de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale animé par l’Uniopss décliné en région.

COLLECTIFS BOURGUIGNONS - Côte d'Or, Saône et Loire et Yonne

L’UNIOPSS est à l’origine de la naissance d’ALERTE, et porte la parole d’une trentaine d’associations et de fédérations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale depuis 1985, date de création de la Commission « Lutte contre la pauvreté et l’exclusion ». Cette dernière a pour but d’élaborer réflexion politique et parole commune sur le sujet, vis-à-vis des pouvoirs publics et du grand public.

De même, l’UNIOPSS a été à l’origine, en 1990, de la création du Réseau Européen des Associations de Lutte contre la Pauvreté et l’Exclusion Sociale (European Anti Poverty Network) dont elle est présidente de la branche française, EAPN-France.

En 1994, après des années de mobilisation, les associations regroupées dans la Commission « Lutte contre la pauvreté et l’exclusion » de l’UNIOPSS obtiennent ensemble le label Grande Cause nationale et décident alors de communiquer vers les médias et l’opinion publique sous le nom de « Collectif ALERTE ».

Dans le même esprit, dès 1994, les URIOPSS sont à l’origine de la création, dans toute la France, de collectifs ALERTE locaux, aujourd’hui au nombre de 26.

Les collectifs ALERTE ont depuis leur création vocation à :

- Etre un lieu de partage pour optimiser les outils et les partenariats
- Etre un lieu d’interpellation
- Etre un lieu d’organisation de manifestation autour de sujets communs

Le collectif ALERTE national vient d’élire François Soulage à sa présidence. Il suit plus particulièrement la mise en œuvre du Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l’Inclusion Sociale. Plus récemment, sa participation à la Conférence Sociale a permis de promouvoir la nécessité d’un accord National Interprofessionnel sur le chômage de longue durée.

Ainsi, dès 1994, l’URIOPSS Bourgogne contribue à la naissance du Collectif ALERTE de Côte-d’Or en coordonnant les réflexions d’associations de solidarité du département, et engage aussitôt le collectif dans l’étude du projet de loi-cadre contre l’exclusion visant au renforcement de la cohésion sociale, et dans la communication autour de ce sujet.

De même, l’URIOPSS Bourgogne est à l’origine le 11 décembre 2000, de la création du Collectif ALERTE de Saône-et-Loire, qui se veut une force de veille et de proposition dans la lutte contre l’exclusion, reconnue comme partenaire des institutions et acteurs en responsabilité dans ce domaine au niveau local.

Enfin, la réunion organisée par l’URIOPSS Bourgogne le 18 mars 2008 avec une dizaine d’associations de l’Yonne marque la naissance du Collectif ALERTE 89.


COLLECTIF ALERTE YONNE :

Le collectif ALERTE Yonne existe depuis mars 2008. Afin de s’enrichir, le collectif de l'Yonne aimerait élargir encore le nombre de ses participants. Pour mieux répondre à vos attentes, nous vous remercions de bien vouloir prendre quelques minutes pour répondre au questionnaire dont vous trouverez le lien ci-dessous :

Questionnaire collectif Alerte Yonne : https://fr.surveymonkey.com/s/3TZB5VD

  


  

François Soulage, nouveau Président d'ALERTE national

Communiqué de presse : Fiche n° 77449

  


 COLLECTIF ALERTE NATIONAL

35 fédérations et associations nationales de lutte contre la pauvreté et l'exclusion 
coordonnées par l'UNIOPSS 
30 collectifs locaux présents dans 14 régions

Les associations nationales de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale se réunissent chaque mois depuis 1985 au sein de la Commission "Lutte contre la pauvreté et l'exclusion" de l'Uniopss. Cette Commission est présidée et animée par l'Uniopss.

En 1994, les associations regroupées dans la Commission "Lutte contre la pauvreté et l'exclusion" de l'Uniopss ont obtenu ensemble le label Grande Cause nationale, le Gouvernement leur donnant alors des crédits pour mener une campagne nationale de communication grand public contre l'exclusion. Les associations de la Commission ont alors décidé de communiquer vers les médias et l'opinion publique sous le nom de "Collectif ALERTE", marque déposée par l'Uniopss.

Aujourd'hui, il regroupe 35 associations et fédérations nationales. Il existe en 2010, 30 collectifs ALERTE départementaux ou régionaux dans 14 régions autour des Uriopss.

Le collectif ALERTE est un lieu de réflexion et d'échanges interassociatifs sur la pauvreté et l'exclusion et les meilleurs moyens de la combattre.

 

Quelques événements qui ont marqué l'histoire du collectif ALERTE
  • 1994 : l’aboutissement d’une longue mobilisation des associations de lutte contre l’exclusion qui conduit 30 associations de solidarité à se voir attribuer le label « grande cause nationale » et à communiquer sous le logo ALERTE. Depuis d’autres associations ont rejoint ce groupe de départ. 
  • 29 mars 1995 : ALERTE organise, avec La Croix et Radio France, à la maison de la radio, une audition de trois des principaux candidats à l'Elysée : Jacques Chirac, Lionel Jospin et Edouard Balladur. Comme le leur demandait le collectif, il s'engagèrent tous les trois à faire voter une loi d'orientation contre l'exclusion.
  • 1995 : un pacte appelle à l’engagement de tous les acteurs de la société : citoyens, médias, entreprises, organismes sociaux, collectivités territoriales, État.
  • 1997 : un premier projet de loi présenté par le Gouvernement, un travail de fond du Conseil Économique et social dans la ligne des rapports de Joseph Wresinski qui se conclut par une intervention de Mme Anthonioz De Gaulle, devant l’Assemblée Nationale.
  • 1998 : un programme du Gouvernement sur trois ans et un deuxième projet de la loi qui sera voté puis promulgué le 28 juillet : loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions.
  • 1999 : propositions et amendements au projet de loi sur la CMU.
  • Mai 2000 : une première évaluation de l’impact de la loi d’orientation de 1998 par ALERTE
  • 2000 : démarches auprès du Gouvernement français pour la mise en place, au niveau européen, de plans nationaux de lutte contre l’exclusion. Cette démarche est en relais avec celle d’EAPN, auprès de la Commission européenne. 
    Le traité de Nice décide de mettre ces plans à l’ordre du jour à partir de 2001.
  • Novembre 2002 : bilan de la loi d’orientation de 1998 et propositions d’ALERTE aux Pouvoirs publics.
  • Décembre 2003 : rencontre ALERTE avec le Premier Ministre.
    Instauration de la Conférence nationale de lutte contre l’exclusion.
  • 2004-2005 : propositions et amendements au projet de loi de programmation pour la cohésion sociale
  • 26 mai 2005 : journée ALERTE - UNIOPSS - Partenaires sociaux au Conseil Economique et Social
    Appel final commun cosigné - Refondation d’ALERTE

  • 31 janvier 2006 : journée des Présidents : adoption des textes refondateurs d'ALERTE
  • 5 mai 2006 : rencontre ALERTE avec le Premier Ministre
  • 14 décembre 2006 : ALERTE participe à la Conférence de Matignon sur l'emploi et les revenus
  • 2007 : propositions et amendements au projet de loi droit au logement opposable
  • 12 mars 2007 : ALERTE interpelle les candidats à l’élection présidentielle et commente leurs réponses. Publication d’un dossier spécial Présidentielles dans La Croix.
  • 13 décembre 2007 : après un an de travail, ALERTE rend public avec les partenaires sociaux un document commun : « l’accès des personnes en situation de précarité à un emploi permettant de vivre dignement ». Ce document est versé comme contribution au Grenelle de l’insertion.
  • 2008 : observations et amendements au projet de loi RSA
  • 1er juillet 2008 : communiqué de presse appelant à une revalorisation des minima sociaux, et notamment du RMI.
  • 22 septembre 2008 : communiqué de presse présentant la position d’ALERTE sur le RSA
  • 28 novembre 2008 : conférence de presse pour attirer l’attention de l’opinion sur les premiers effets de la crise financière et économique sur les plus pauvres.
  • 2008-2009 : Le groupe ALERTE-Partenaires sociaux travaille sur un nouveau thème : l’accompagnement social, l’accompagnement professionnel et leur articulation.
  • 16 février 2009 : A la veille du Sommet social entre le Gouvernement et les partenaires sociaux, alors que la crise économique s’aggravait, le collectif ALERTE a publié un communiqué de presse demandant aux négociateurs de prendre un plan de relance sociale.
  • 20 février 2009 : Le collectif ALERTE a diffusé un communiqué de presse dénonçant la perquisition qui avait eu lieu dans la communauté Emmaüs de Marseille le 17 février à l’encontre de compagnons sans papiers. ALERTE a rappelé son attachement au principe intangible de l’accueil inconditionnel dans les structures d’hébergement d’urgence, inscrit dans la loi DALO.
  • 27 mai 2009 : ALERTE donne, pour la deuxième fois, une conférence de presse pour alerter l’opinion sur les effets de la crise sur les pauvres. 
  • 17 octobre 2009 : A l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère, ALERTE a lancé avec les Partenaires sociaux un appel à une véritable mobilisation citoyenne contre la pauvreté et le chômage.
  • 2010
    • 14 avril 2010 : ALERTE organise une conférence de presse pour attirer l’attention de l’opinion publique sur la paupérisation des personnes âgées. Vingt-six organes de presse nationaux sont présents.
    • 27 Septembre 2010 : communiqué de presse demandant aux parlementaires de ne pas voter le projet de loi CESEDA (Code de l'Entrée et du Séjour des Etrangers et Demandeurs d'Asile) durcissant le droit des étrangers.
  • 2011
    • 10 mai 2011 : le collectif ALERTE proteste contre les propos innatendus et surprenant tenus le 8 mai par Laurent Wauquiez. Selon lui, les "dérives de l'assistanat" "seraient le cancer de la société française". ALERTE répond que le vrai cancer de la société est le chômage.